Impôts : 2018 est-elle une année blanche ?
Gary Vigier Pas de commentaire

La réponse à cette question nécessite de faire le distinguo entre deux types de revenus :

L’imposition de vos revenus courants pour l’année 2018

Comme chaque année, vous déclarerez en mai 2019 vos revenus 2018. Le fisc calculera votre imposition sur les revenus 2018 et vous recevrez un avis d’imposition !

Bien sûr, vous ne serez pas doublement imposé en 2019, l’administration fiscale a mis en place un crédit d’impôt spécifique qui permet de considérer 2018 comme une année blanche pour les revenus courants.

Les revenus courants sont donc les revenus récurrents et non exceptionnels issus de votre activité professionnelle.

Pas d’année blanche pour les revenus exceptionnels

En revanche, les revenus exceptionnels, les dividendes, les intérêts perçus, les plus-values mobilières et immobilières, les gains sur stock-options et les actions gratuites, qui de par leur nature ne sont pas susceptibles d’être recueillis annuellement, ne bénéficieront pas du crédit d’impôts (CIMR*) et seront taxés en tenant compte de la progressivité de l’impôt.

Il en est de même pour les revenus exceptionnels liés au travail comme les primes de précarité versées à la fin d’un CDD, les indemnités de rupture de contrat de travail, les primes de départ en retraite, ou celles versées en cas de cessation de fonctions des mandataires sociaux.

L’administration fiscale procédera à une régularisation de votre impôt 2019 avec la prise en compte des revenus exceptionnels perçus en 2018. Cette régularisation devrait intervenir dans le courant de l’été 2019. Que le solde de votre impôt soit positif ou négatif, une régularisation interviendra à l’été pour ajuster votre situation fiscale.

Qu’en est-il de mes réductions d’impôts 2018 ?

Les réductions et crédits d’impôt (Pinel, FIP/FCPI, Girardin, emploi d’un salarié à domicile, dons, etc.) conserveront leur efficacité en 2018.

Cependant, le fisc ne sera pas en mesure de connaitre vos différents investissements défiscalisant de l’année 2018 avant la déclaration qui sera réalisée en Mai / Juin 2019.

Ces différentes réductions d’impôts, auxquelles vous auriez droit, vous seront alors remboursées courant de l’été 2019.

Certaines réductions sont d’ores et déjà connues par le fisc (je pense notamment aux investissements Pinel et Scellier des années précédentes, ou les salariés à domicile déclarés en ligne, etc.) : il semble que vous pourriez récupérer 60% du montant dû dès Janvier 2019, et les 40% restant pendant l’été 2019.

Pour rappel, dans le cadre du prélèvement à la source, les dispositifs de déficit visant à réduire la base taxable (PERP, contrat Madelin, etc.) n’auront que très peu, voire aucun intérêt en 2018.

En résumé, les deux grosses différences fondamentales sont les suivantes :

  • l’employeur va dorénavant collecter votre impôt sur le revenu
  • et vous vous retrouvez dans une situation où vous avancez l’argent à l’état plutôt que d’être redevable après coup

Nous sommes loin du choc de simplification !

Si vous souhaitez étudier la possibilité de réduire votre facture fiscale, nous saurons vous accompagner.

*CIMR : Crédit d’Impôt Modernisation du Recouvrement

Note : L’ensemble des dispositions et informations exposées sont valables en l’état actuel des textes et pourraient éventuellement évoluer au cours de la fin d’année 2018.


Pour rappel :

Les informations publiées sur le blog optifi.fr sont génériques et ne prennent pas en compte votre situation personnelle. Ces informations ne sont en aucune façon des recommandations personnalisées pour les transactions que vous souhaiteriez effectuer. Ce billet est produit à titre informatif et ne constitue ni une prestation de conseil financier, ni une incitation, sous quelque forme qu’elle soit, à acheter ou vendre des produits financiers. Le lecteur reste le seul responsable de l’information qu’il aura pu lire sur notre blog. Aucun recours contre la société éditrice du site optifi.fr ne sera possible et sa responsabilité ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun de la part du lecteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *